Menu
Bilbao

Économie sociale et villes

Valeurs et compétitivité pour un développement local inclusif et durable

1-3 Octobre, 2018

PRESENTEZ VOTRE INITIATIVE !!

APPEL OUVERT

PLUS D´INFORMATION ICI
Menu

Économie sociale et Villes

Valeurs et compétitivité pour un développement
local inclusif et durable.

2. LA CONTRIBUTION DE L’ÉCONOMIE SOCIALE À LA TRANSFORMATION DU TERRITOIRE

Le territoire, dans son sens le plus large, est le protagoniste par excellence du développement inclusif et durable. Un territoire considéré non seulement comme une aire géographique, comme un espace physique, mais comme un ensemble d’acteurs, de possibilités, de potentialités, matérielles et immatérielles. Un espace avec une trajectoire culturelle, historique, sociale, économique et environnementale commune, qui donne lieu à une réalité concrète et à un potentiel de développement endogène déterminé, qui conditionne la croissance économique, en particulier, et le développement durable, en général. Un territoire avec ses propres facteurs et caractéristiques socio-économiques, qui lui confèrent une certaine identité et favorisent un processus de développement inclusif et durable. Et parmi les différentes composantes du cadre territorial, l’économie sociale se présente progressivement comme un complément, dans certains cas, et comme une alternative à l’économie traditionnelle, dans d’autres cas.

L’une des valeurs inhérentes à l’économie sociale est l’engagement et la responsabilité sociale des acteurs qui la composent, en tant que protagonistes de leur propre développement et de celui de toutes les personnes.

Sa contribution à l’emploi, à l’insertion sociale, à l’innovation sociale, ainsi que son engagement interne et externe, sa connaissance du territoire sur lequel l’activité est menée, etc., valorisent l’importance de son impact territorial.

L’économie sociale peut également contribuer à l’aspiration de l’Union européenne à faire de l’Europe l’économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde, capable de se développer de manière durable, avec des emplois plus nombreux et de meilleure qualité et une plus grande cohésion sociale, tout en renforçant la cohésion territoriale et en avançant vers de nouveaux paradigmes de gouvernance.

2.1. ENTREPRENEURIAT ET INNOVATION SOCIALE

Ces dernières années, l’innovation et l’entrepreneuriat social ont acquis une grande importance, en mettant en évidence leurs implications sociales sur le développement économique et social. On considère actuellement que le développement économique et le bien-être de la société passent par la consolidation d’organisations hybrides combinant indifféremment des pratiques sociales et commerciales.

Au niveau mondial, la recherche de processus perturbateurs pour faire face aux problèmes sociaux croissants s’est accompagnée du rétablissement de modèles de travail collaboratif, d’autogestion et de co-création, intégrant la vision et les contributions des différents acteurs de la société (État, secteur privé et société civile). L’entrepreneuriat social est l’un des processus à travers lequel l’innovation sociale se développe. Il se caractérise par sa focalisation sur les solutions aux problèmes sociaux et l’application de modèles économiques susceptibles d’assurer sa durabilité économique et sociale, à travers l’autonomisation des communautés bénéficiaires de l’innovation, en tant que sujet actif dans le cycle de développement de l’entrepreneuriat.

2.2. TERRITOIRES SOCIALEMENT RESPONSABLES

Selon le Comité Économique et Social Européen, « un territoire peut se définir comme socialement responsable lorsqu’il oriente son propre développement dans le sens de la durabilité; autrement dit, lorsqu’il intègre la dimension économique, sociale et environnementale dans son propre développement. Un territoire qui parvient à intégrer les considérations sociales et environnementales dans ses décisions économiques, partageant un modèle de valeurs et une méthode participative dans les processus de prise de décisions, favorisant les bonnes pratiques et l’interaction permanente entre les parties prenantes, afin d’encourager l’innovation et la compétitivité, peut être considéré comme un territoire socialement responsable».

Le développement économique et technologique actuel crée un enrichissement qui, pour de nombreux territoires, entraîne une croissance inégale, ainsi que des risques d’exclusion sociale et professionnelle et de dégradation de l’environnement. Créer des territoires socialement responsables implique l’élaboration de politiques qui répondent aux problèmes spécifiques du territoire, en recherchant la collaboration des acteurs concernés et en tenant compte non seulement de la valeur économique, mais aussi des valeurs sociales, éthiques et de la richesse culturelle.

2.3. ÉCOSYSTÈMES D’INNOVATION SOCIALE

Les écosystèmes d’innovation sociale sont des environnements dans lesquels sont créées de multiples initiatives qui stimulent les processus sociaux et de compétitivité, le développement productif et l’innovation dans différents territoires.

Actuellement, parmi les différents acteurs qui font partie de l’écosystème de l’innovation sociale, on s’intéresse de plus en plus à la détermination des variables permettant d’évaluer les différentes initiatives et leur impact social potentiel, afin de pouvoir retenir celles présentant une plus grande capacité à provoquer et à atteindre un changement profond, radical. « L’écosystème de l’innovation rassemble une grande diversité d’acteurs : fondations, centres académiques, initiatives privées et de la société civile, universités et institutions publiques et financières. Beaucoup d’entre eux visent à influencer l’écosystème de l’innovation sociale par la création et la dynamisation des réseaux, la connexion entre les entrepreneurs et les investisseurs et d’autres mécanismes de collaboration entre différents acteurs ». (Source : Rapport COTEC : L’innovation sociale en Espagne 2016).

2.4. ÉCONOMIE SOCIALE ET CITOYENNETÉ EN COOPÉRATION : BINÔME DE TRANSFORMATION

Les organisations de l’économie sociale, considérées dans leur ensemble, forment une «structure » de référence pour la construction sociale de l’identité civique et l’exercice quotidien de la participation des citoyens. Elles contribuent à l’extension du bien-être général, à travers la pratique participative des sujets individuels, associatifs et collectifs, contribuant ainsi à la densité du tissu social et favorisant l’intégration des personnes et des groupes.

Les travaux de recherche menés sur l’économie sociale conviennent de la nécessité de préserver l’indépendance des organisations et de renforcer leur côté social et participatif, pour le développement d’une vie communautaire plus complète, basée sur le consensus et la collaboration des citoyens et pour le développement d’une démocratie plus participative et coopérative entre les différents acteurs impliqués dans le bien-être. À l’heure actuelle, l’accès des citoyens aux décisions publiques nécessite la médiation d’organisations sociales adoptant des stratégies visant à promouvoir l’activation et la transformation du capital social en capital politique.

2.5. L’ÉCONOMIE SOCIALE ET SA CONTRIBUTION AUX PROCESSUS POST-CONFLIT

Une fois le conflit résolu, il faut penser, planifier et mettre en oeuvre des actions pour commencer à le surmonter. Une vision qui considère qu’il existe, dans le conflit et dans l’après-conflit, de multiples facteurs et acteurs qui réclament et exigent des solutions intégrales et coordonnées, ce qui rend plus complexe et plus difficile le processus permettant d’atteindre une ère post-conflit et la paix souhaitée.

Compte tenu des situations de pauvreté et d’inégalité qui sous-tendent généralement les situations de conflit, les organisations et la société civile doivent gérer les initiatives économiques, comprendre les problèmes et proposer des solutions, en apprenant et en utilisant de nouvelles compétences et connaissances. Le rôle des organisations de l’économie sociale, des ONG et du tiers secteur est de favoriser la cohésion dans la vie sociale car, après un conflit, la société a besoin d’un réseau d’organisations rassemblant et cohésionnant les citoyens et les rapprochant de la vie sociale.

2.6. LE SYSTÈME BASQUE DE DÉVELOPPEMENT LOCAL

Le modèle basque de développement local s’inscrit dans la perspective générale de la politique basque en matière de cohésion territoriale, sociale, économique et environnementale. De même qu’il est nécessaire pour les entreprises d’innover continuellement en produits et processus, il est nécessaire pour les acteurs du développement territorial d’innover continuellement dans la relation entre les acteurs territoriaux. Car il ne suffit plus de définir un bon modèle d’interaction, il faut aussi développer les capacités de repenser continuellement ce modèle. Et c’est là l’objectif du système basque de développement local : l’établissement d’un lien entre les processus de développement économique local et l’articulation des acteurs territoriaux pour définir leur avenir. Pour ce faire, il convient de compter sur des institutions organisées entre les différents acteurs sociaux locaux, à travers notamment d’agences de développement locales, agissant comme instrument principal de médiation pour le développement économique territorial. Les Agences de Développement Local du Pays Basque répondent à cette approche de développement économique territorial, qui repose essentiellement sur la meilleure utilisation du potentiel des ressources endogènes, afin d’augmenter l’emploi et la croissance économique durable au niveau local.

2.7. RÉCIT MONDRAGON

MONDRAGON est l’une des expériences pratiques les plus emblématiques et les plus durables du monde du coopérativisme et de l’économie sociale, dans ses diverses modalités et secteurs. MONDRAGON est devenu le paradigme du développement industriel en Espagne, grâce à une formule peu conventionnelle : le coopérativisme de travail associé. Le mouvement coopératif de Mondragon, avec toujours comme finalité la création d’une entreprise plus équitable et solidaire basée sur le respect de la liberté, de la dignité et l’épanouissement de l’individu et de la communauté, est aujourd’hui une référence internationale de l’économie sociale, qui cherche à s’ouvrir et à partager son expérience avec les villes et les acteurs participant au Forum.